|18| Tu viens ?

Ce matin, dans la chaleur de mon lit, je pensais à ce délice qui parfois me manque. Ce doux abandon quand la lumière bleue d’un hiver ensoleillé, transperce la toile fine et invite mes yeux à la fête qui se joue dehors.

Avec un frisson, je sors de mon cocon duveteux pour plonger de toute mon âme dans un monde cristallin, celui de la clairière de montagne qui a bordé mes rêves de la nuit.

La neige neuve pave le pré d’éclats de soleil aveuglants mais beaux. L’air frais galvanise mes poumons et la vue des sommets alentour m’électrise jusqu’à l’exaltation.

Mon corps enfin est prêt au réveil. Il naît, se meut, vit. Le froid l’enveloppe et l’aide à éclore davantage. Le soleil orchestre un printemps paradoxal, faisant s’élever les corps chauds dans cet écrin de glace.

Ce matin, dans la chaleur de mon lit, je suis en pensée sur le seuil enneigé de ma tente. Plus tard dans la journée, j’y suis encore. Avec ces quelques taches de couleur, je prolonge l’ivresse et t’invite, toi qui me lis, à me rejoindre dans ce paradis clair et pur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.