|9| Le droit à la nuit

Au loin je vois la ville éclairée
J’imagine les rues désertes
Les habitants emmurés

Ne pourrait-on leur faire cadeau
D’une vraie nuit enveloppante,
Noire ou pleine d’étoiles là-haut ?

Une nuit épaisse, palpable,
Qui souligne le foyer,
Créée l’intimité délectable ?

J’appelle au droit à la nuit,
Là où nos chimères, nos rêves
Peuvent enfin prendre vie.