|15| Ce matin après la pluie

Ce matin après la pluie

Odeur capiteuse des fleurs voisines
Résonne avec mon âme alanguie
Soudain me voilà en pensée de nouveau
Dans cette église aux bulbes dorés
Contemplant les frêles bougies
Écrasée par l’encens qui me grise
Et le chant de jeunes popes exaltés
Tout est charmant et lourd
Même l’écho lointain de la ville
Grouillante, au lustre fané

|13| De Beethoven…

De Beethoven les sonates
Comme de douces pénates
Attentives et délicates
Encouragent mes tomates
A devenir écarlates
Avec à l’oreille ces sonates
Ni le courage des Sarmates
Ni la splendeur des Carpates
Ni de Bach les cantates
Ni d’enivrants aromates
Ne sont plus désirables
Que mon fauteuil et mes savates

|12| La liste

Vingt jours que je ne suis pas allée en ville
Pain, 1kg demi-complet
Aujourd’hui, je fais les courses pour les ami.es
Amandes, une grosse poignée
Sur le parking, je cause de loin avec E.
6 pommes, 5 carottes, 3 poireaux
Voiture de police, nous laisse causer.
Farine T110
Pas de contrôle. On est blanches.
Crème fraîche 1 briquette.
A part eux et nous, rues vides. Fantômes furtifs.
Bananes, 6 si elles sont bien mûres.
Un homme en a tué deux autres. Samedi.
1 chou fleur.
Avant cela, il avait fui le Soudan.
Purée de sésame 1/2 complète.
Madame le maire s’ exprime. Oyez !
Oeufs 12.
Propose que chaque réfugié soit connu.
Crunchy fruits rouges.
Listé, surveillé, contrôlé. Par sécurité.
Jus de pomme 3L
Haine.
300gr pépites chocolat lait.
Mépris.
Cornichons.
Murs.
MALAISE.
Peur.
Tomates séchées.
Levure.
J’écris à l’envers puisque c’est ainsi que pédalent ceux qui dirigent – oh pardon – administrent la ville.

|10| Cette nuit, j’ai vu mille chevaux

Depuis quelques jours, mon ordinateur s’était changé en cheval de Troie. Je n’osais plus l’allumer. Les matraques policières surgissaient dans mon salon. L’angoisse des soignants, imprégnait les rideaux. La colère des confinés roussissait la surface de mes meubles. Les analyses, les prospectives, les invectives racornissaient les coussins, empoussiéraient la bibliothèque.

Or, cette nuit sans sommeil, j’ai rallumé mon ordinateur.

Et j’ai vu

Arion, porter la sève, faire le printemps, pour que le vivant soit victorieux
Les Cavales du char d’Apollon, annoncer des jours meilleurs, plus libres pour chacune et chacun
Des centaures, se battre pour qu’humains et non humains coopèrent
Des hippocampes, nager dans les eaux limpides de Venise
Hippalectryon, annoncer chaque matin, un jour nouveau chargé de possibles
Pégase, inspirer les poètes.es confiné.es
Xanthe, murmurer à nos oreilles qu’une autre vie est possible
Sleipnir, accompagner nos morts et garder leur mémoire
Árvak et Alsvid, chaque matin, nous rendre le soleil
Hófvarpnir, franchir les océans pour lier les peuples
Hrímfaxi et Skínfaxi, maintenir fidèlement la succession de nos jours et de nos nuits
Grani, soutenir les vrai.es héro.ine.s
Gullfaxi, éclairer nos choix et nos avis
Bäckahäst, nous rappeler le plaisir des pieds nus dans l’eau vive
Helhest, prendre sur lui nos peurs, nos angoisses, nos lâchetés
Schimmelreiter, annoncer la tempête populaire
Alastyn, aiguiser notre esprit critique
Ceffyl dŵr, nous apprendre l’agilité du corps et de l’esprit
Each Uisge, compter les victimes innocentes du capitalisme
Epona, nous rappeler notre puissance individuelle
Bayard, nous relever, prévenir notre chute
Blanque, nous apprendre la générosité sans la soumission
Bian cheval, nous léguant la faculté de s’adapter, de changer
Les montures des Cavaliers de l’apocalypse, annoncer l’effondrement de la société thermo-industrielle
Cheval Gauvin, nous prémunir des fables du discours politique
Un hippogriffe, donner toute leur force à nos mots
Une licorne, repousser le poison de la méfiance et de la peur
Chollima, nous réapprendre l’émerveillement quotidien
Ponkhiraaj, nous enseigner l’art de converser avec les oiseaux
Šemík, entretenir notre don de parole
Sivko-Bourko, repousser nos frontières, ouvrir nos prisons
Al Buraq, cultiver la beauté dans nos vies
Tishtrya, commander à la pluie bienfaisante et nous en rendre reconnaissant.es
Bâlaha, nous montrer les voies de la sagesse
Uchaishravas, nous inviter à penser notre vie et la construire de nos mains